Maître Ding met un point d'honneur à garantir la qualité de l'enseignement au sein de son Académie. Et pour y arriver, il dispose d'une méthode très efficace. Chaque instructeur certifié est en effet tenu de participer au moins une fois par an à un stage d'une semaine. L'édition 2016 vient tout juste de se terminer.

Ces Instructor's Retreats ont lieu, de même que les stages ouverts à tous, dans le petit village de Preston au Nord de Londres. La seule véritable différence, c'est le degré d'exigence et la quantité de travail demandée : lever à 5h30, plus de quatre heures de pratique en matinée et autant l'après-midi, avec encore deux heures de bonus le soir avant d'aller se coucher.

Cette année, la semaine de formation a été unanimement applaudie comme une des meilleures éditions. Et cela pour une double raison : il y a eu d'abord le dévouement de notre Sifu, qui s'était imposé de peaufiner dans les moindres détails chacun des cent-huit mouvements de la forme traditionnelle. Mais ce fut aussi dû à l'effort fourni par chacun des participants, porté par un esprit d'équipe et une atmosphère d'entraide mutuelle qui sont le fondement des meilleures écoles d'arts martiaux.

subst_insubst.jpgLe thème de la semaine était Substantiel/Insubstantiel, l'un des dix principes de Yang Cheng Fu. La différence, appliquée aux jambes, est ce qui permet au pratiquant de se déplacer de façon agile et stable. Moins facile à appréhender, cette division s'applique aussi au reste de l'organisme dont les mains, les bras, les épaules passent ainsi d'un état à l'autre en fonction du mouvement.

Un autre concept a sous-tendu l'enseignement de Maître Ding tout au long de cette semaine, sous la forme d'une métaphore : celle de la brume (ou mist en Anglais). La brume symbolise la conscience du corps qui ne s'arrête pas aux extrémités, mais se diffuse au-delà ; et ce dans toutes les directions.

Dans son souci d'unifier la forme exécutée par la centaine d'instructeurs présents cette année, le Maître a par ailleurs fortement insisté sur l'importance de conserver la structure tout au long du mouvement, à travers un flot continu qui serait comme un fil de soie qu'il faut enrouler sans le casser[1]. Affichée au mur, une citation de Fritz Perls allait dans la même direction : N'essayez pas de pousser la rivière, elle coule par elle-même.

Pour terminer, voici une autre citation, attribuée cette fois à Lao Tseu, qui a lentement infusé pendant cette semaine de pratique à la fois intensive et éclairante : Connaître les autres relève de l'intelligence. Se connaître soi-même constitue la vraie sagesse. Maîtriser les autres est une preuve de force. Se maîtriser soi-même, c'est là que réside la vraie puissance.

mda_apr16_small.jpg

Notes

[1] Dans le style Chen, un des exercices de base s'appelle justement silk reeling (enroulage de la soie)